Photoblog de Caroline MOUREAUX, Photographe

Le site officiel : www.caroline-moureaux.com

Posts Tagged ‘Scène

Majestueuse Irlande…

leave a comment »

En ces températures glaciales, les irlandais sont venus réchauffer le cœur des savoyards au Phare. Une ambiance festive et chaleureuse, aux sons de la cornemuse et des violons, quelques musiciens survoltés ont fait tournoyer la troupe de danseurs « Irish Legend ». Un véritable voyage en terres irlandaises.

PS/ Mille mercis au 5 demoiselles multicolores pour la douceur et le miel pour les oreilles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Written by carolinemoureaux

15 février 2012 at 15:22

La mort du cygne…

leave a comment »

Tenue de rigueur ce soir au Phare.
Par terre de chaises, chuchotement d’avant spectacle, le ton est donné.

En coulisses, il y a des tutus égarés, des ballerines pendues aux radiateurs, et des corps sportifs qui s’étirent, se concentrent, sourient, et se retirent dans leur silence.

Il y a les premières notes… un orchestre en devant de scène qui nous emporte, que dis-je nous transporte par les notes de Tchaïkovski. Puis les danseurs, danseuses  nous ont offert une exécution parfaite de mouvements dans une grâce indéfinissable. Un univers cotonneux… me voici les yeux pétillants d’étoiles, enveloppée dans un cocon de velours.

C’est beau la danse.
Féerique, majestueux, tout juste grandiose.

C’est en fin de spectacle que je me suis aperçue que mon menton s’en était détaché de ma mâchoire…
Grande classe…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PS/ Kiki, rassures-toi, « ta mort du cygne » restera TOUJOURS la plus belle à mes yeux…

Moralité : se laisser surprendre.

leave a comment »

Parce qu’un métier passionnant n’est pas à l’abri des jours « traînent la patte »…

Il suffit d’une nuit non-guérisseuse, d’un coup de bourdon, d’une envie de « aujourd’hui, je reste sous la couette » ou que dis-je, d’une incroyable flemmardise aiguë pour qu’une journée de presta se transforme en une envie soudaine de téléportation dans le passé : « Maman,  j’ai une otite, je ne peux pas aller à l’école »…

Oui, sauf que les arrêts maladie n’existent pas pour les entrepreneurs… et que chaque journée non travaillée = tout ça en moins à la fin du mois… et qu’un engagement client EST un engagement client. Point. Pas le choix. Douche bougonne.  Café express. Matos sur le dos (aïe, au fait, mon dos). K-way de rigueur (non, ce n’est pas pour le plaisir, il pleut). Ronchonchon. C’est partie…

Il fait froid. C’est humide. Je passe la moitié de mon temps à nettoyer et sécher mon boîtier… Journée grisaille, merdique. Enchaînements de petites galères. Pas si graves mais le cumul fait que tout de suite, c’est beaucoup moins drôle.

Et puis, fin de journée… Arrivée dans le lieu.
Juste envie de faire demi-tour (« je vous assure, j’ai une otite ! »), mais la raison l’emporte et le caprice s’éteint petit-à-petit. Grâce à eux.

De belles surprises. Wahou… de très belles surprises.
Ils sont les lauréats de la 1ére édition du Casting 2011 organisé par le Crédit Agricole des Savoie (qui cela dit au passage a tenu sa promesse : faire émerger des jeunes musiciens savoyards). Et du talent, ce soir, il y en a.

« Benoit Métral » et les « Welling Walrus » (ça, c’est pour la pub !) ont été les gagnants de ce casting. Genres musicales variés, certes… mais une énergie réciproque. L’envie et le plaisir d’être en scène. Et ce plaisir là, ce soir, ils me l’ont partagé. L’otite est soignée, les tympans sont comme neufs et le plaisir de la photographie englobe tout le reste. Choix de cadrage, conditions de lumière variées, énergie à saisir… tout les ingrédients sont là.

Le pied, je vous jure… Le pied !

La soirée s’est terminée par un petit concert privé des Naïve New Beaters… tenue pull jacquard obligatoire.
De la graine de jeunes talents, j’vous dis !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Michaël Gregorio, showman pétillant

leave a comment »

Imitateur, chanteur, musicien, comédien… en un mot : artiste ! Mardi soir, au Phare de Chambéry, Michaël Gregorio a mêlé les disciplines avec brio. D‘Édith Piaf à Julien Doré, en passant par Ray Charles, Jacques Brel, Mylène Farmer, Vincent Delerm, Grand Corps Malade, Johnny, Christophe Maé… c’est également le grand vainqueur d’un “Air guitare “, avec sa mythique reprise de Santana.

L’incarnation des modèles a dépassé ici la simple parodie et les monstres sacrés d’hier et d’aujourd’hui ont défilé en un concert ininterrompu. Les textes grinçants et humoristiques de Laurent Ruquier ont ponctué le show et les spectateurs sont passés du rire à l’émotion.

C’est en se jetant dans la foule que Michaël Gregorio a terminé ses deux heures de spectacle…

Du talent et du dynamisme à revendre !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Particularité du spectacle : à chaque date, un nouvel artiste local en première partie. A Chambéry, c’est Jessica Cohen, originaire du Grand-Bornand, qui a été choisie par Mickaël Gregorio et son staff. Cette jeune chansonnière de 26 ans, habituée aux toutes petites salles, a découvert l’immense scène du Phare.

Written by carolinemoureaux

25 novembre 2011 at 12:01

Toi + Moi + eux + tous ceux qui le veulent…

with one comment

Ce soir, c’est au tour de Grégoire de fouler la scène du Phare… déjà rencontré lors de la soirée des « Talents France Bleu » sur cette même scène, je retrouve le même regard fronceur, avec juste quelques cheveux blancs en plus.

Dès les premières notes, le ton est donné : il est là pour le partage. Il n’hésite pas dès les premières notes à s’avancer en devant de scène, à venir rencontrer son public, prendre les mains de ses fans… il fera monter sur scènes quelques demoiselles, et s’offrira même une traversée de salle comble.

Les heures qui ont suivies le concert étaient du même ton… accueil de quelques fans en coulisse… et signature des autographes à sa sortie, malgré un petit froid savoyard « qui pique ».

Grégoire, on aime ou on aime pas… mais n’empêche, pas fan pour un sou, moi je retiens cela : il prend le temps, il aime ce qu’il fait, et il leur rend bien… Notes pour plus tard, aux plus « grands » qui vont venir sur cette même scène d’ici quelques semaines, et qui ne daigneront même pas donner un regard…

A bon entendeur !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PS/ sans oublier une pensée pour mon ami Pierrot !

Written by carolinemoureaux

29 octobre 2011 at 20:08

This is the Rythm of the night… the night… oh yeah !

leave a comment »

Photo spécialement dédicacée à « Lolo » de la dream team 😉


Une soirée aux souvenirs des premières « boum ». Années Doc Martens, folie des pin’s et smiley, mire de la fin des programmes TV, premiers sons de techno (mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?), également premiers Boys Band et des rappeurs gentils « Mais vous êtes fous ? ».

Oh oui !
Une soirée délirante, gaie, fraîche et colorée ! Le public n’a qu’une envie : rire, s’amuser et chanter ! Très fort… (et parfois très faux… aussi !).

Et puis, ces artistes sur leur retour, le sourire aux lèvres, les yeux pétillants… une nouvelle heure de gloire, pour ceux qui n’ont connu qu’un très bref, mais ma foi mémorable succès. Ces visages, ils sont beaux. Même si je ne suis pas fan de la plupart d’entre eux, il y a un « je ne sais quoi » très attrayant chez eux. Et puis, devant l’objectif, on n’hésite pas à venir jouer, taquiner, sourire, charmer…

Un vrai régal, un vrai don de soi. Merci… c’est dans la boîte…

PS/ Merci aux boules Quiès qui ont sauvé mes tympans lors de la venue sur scène des Worlds Appart. Note pour plus tard : une midinette trentenaire reste une midinette…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Written by carolinemoureaux

15 octobre 2011 at 19:54

Ces petits riens…

leave a comment »

Il y a d’abord eu ce large sourire, et ces yeux plissés pour me souhaiter la bienvenue.

Bienvenue dans un monde,  son « autre monde » dont il a rêvé si fort, qu’il en a fait danser les foules.

Il y a eu ensuite ces échanges, simples, avec une franchise déconcertante… il y a eu cette place privilégiée, cette accrédit’ comme on dit chez nous, en devant de scène. Il y a eu dès les premières minutes ces frissons sur mes bras, sa déclaration d’amour au public, son « retour » près d’eux, de nous.

Il y a eu ces accords de guitare, positionnés devant mon objectif… ce regard qui s’offrait aux prises de vues.

On ne se cache pas ce soir, on ne joue pas, on prend son pied et on assume. Merci.
Le plaisir de photographier, je l’ai chaque jour, mais ce soir, il y a quelque chose de particulier. Comme un flottement, on oublie le métier, la commande, on se laisse emporter, et les lumières, la foule, le son, les vibrations  nous emportent.

Merci pour la danse, le tourbillon qui me rappelle à quel point j’aime ce métier,  à quel point  j’aime garder une trace de ce fichu temps qui passe.

Et, « voilà, c’est fini… »

– Voir l’article du Dauphiné Libéré.

– Voir la galerie photo du Phare de Chambéry métropole.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Written by carolinemoureaux

20 juin 2011 at 12:31

Sa dernière séance…

with 4 comments

Monsieur Eddy. Quel bonhomme…

Je l’ai connu enfant, par les récits de mon père, en tant qu’ex-chanteur des « Chaussettes noires ». Ma trentaine commencée, j’ai l’impression que je rencontre ce soir un vieux tonton d’Amérique !  Bercée par « les yeux couleur menthe à l’eau », c’est quelques années plus tard que mon amoureux des années lycée écoutera sans relâche « Le cimetière des élephants « . Je ne peux donc parler de ce concert sans un petit retour dans la boîte à souvenirs… peut-être pas très objective, du coup.

Ce soir, Monsieur Eddy est de retour pour une dernière séance.  Où il revisitera les meilleurs moments de sa carrière du rock sauvage aux ballades, du blues à la chanson. Un grand homme je vous dis. Avec un regard de loup, prêt à vous bouffer et des yeux plein d’étoiles. Oui, des étoiles.

Un grand show, une voix familière et une lumière exceptionnelle… Parenthèse : mille mercis pour la lumière 😉 . Un réel plaisir de vous photographier Mr Eddy. C’était une bien belle dernière séance…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Written by carolinemoureaux

16 avril 2011 at 19:58

Tout sur Jamel…

leave a comment »

Après une 1ére partie assurée par Malik Bentalha, c’est au tour de Jamel de fouler des pieds la scène du Phare.

C’est un Jamel survolté qui a fait le show, n’hésitant pas à biser un spectateur tout en lui envoyant une volée de vannes au passage… un Jamel qui a pris le temps de personnaliser son show en adaptant ses sketchs à la ville de Chambéry. Ainsi, il s’étonnera de nos montagnes et de moyens de locomotion inhabituels ( il a croisé des luges cet hiver à Chambéry lors de fortes chutes de neige…), et de lieux d’habitation saugrenus, des maisons au sommet des collines, comme il n’en avait pas vu depuis Heidi… « Vous avez embauché personne à l’urbanisme à Chambéry ? »…
Il comparera les oiseaux du centre ville de  Chambéry, « qui donnent envie d’être amoureux, ils ne chantent pas, ils roucoulent » ; à ceux de Chambéry-le-Haut, qui sont comme les employés de France Télécom, et ont juste envie de se suicider…

Beaucoup de vérités, et un spectacle autobiographique comme nous l’annonçait le titre « Tout sur Jamel ». Son enfance, adolescence, LA renontre avec « la femme de sa vie » comme il dit, le choc des cultures lors de la rencontre des belles-familles, son petit Léon…

Désormais père de famille, Jamel cabriole avec intelligence autour de thèmes finalement pas si légers : religion, politique, inégalités sociales « j’vais vous venger, les pauvres ! », hurle-il à l’attention du public qui n’a pas pu s’offrir le premier rang.

En coulisses, il y a toute une famille réunie… une famille d’amour, une famille d’amis, quelques-uns du Jamel Comedy Club.
Les enfants jouent au ballon, on rit beaucoup par ici. Mais les images ne sont pas les bienvenues dans cet « after ». Je respecte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Written by carolinemoureaux

15 avril 2011 at 14:27

Une petite saga africaine…

leave a comment »

Un charmant espace au milieu des incisives… on appelle ça « les dents de la chance » paraît-il… la première rencontre fut un beau et éclatant sourire !

Un sourire et des yeux qui pétillent avant d’entrer sur scène. Et puis, au son des 1éres notes qui résonnent, le troubillon et les petits déhanchés s’enchaînent. L’ambiance est « caliente », la saga africaine fait son petit effet…

Très chouette spectacle… très belle rencontre, toute simple, humaine.
Et… merci pour le sourire !

A noter, une 1ére partie fort sympathique… avec le groupe « Flow ». Bien jolie découverte, merci m’ssieur-dame !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Written by carolinemoureaux

9 avril 2011 at 23:47